Imprimer

Le Centre de Ressources Biologiques, biobanque française d'ADN canin

 

cani dna

Depuis les années 2000, l'équipe “Génétique du Chien” (IGDR CNRS-Université de Rennes 1) s’intéresse au chien comme modèle spontané pour analyser les composantes génétiques de maladies homologues humaines rares et/ou complexes. En parallèle, l'équipe a mis en place une biobanque d'échantillons canins unique en France, le Centre de Ressources Biologiques Cani-DNA.

Le CRB Cani-DNA collecte des prélèvements de sang et de tissus de chiens de toutes races accompagnés de leurs données généalogiques, phénotypiques et cliniques. Les prélèvements sont réalisés par des vétérinaires praticiens avec l’autorisation des propriétaires. L’objectif principal du CRB est d’extraire les ADN et ARN à partir de ces prélèvements et de stocker les échantillons ainsi obtenus après contrôles qualités. Ces échantillons sont ensuite distribués à la communauté scientifique nationale et internationale pour des projets de recherche en génétique humaine et vétérinaire, au bénéfice de la santé humaine et canine.

Cani-DNA s'appuie sur un réseau vétérinaire national incluant les praticiens, les laboratoires d’histopathologie et d’analyses, les cliniques et hôpitaux spécialisés, les centres de cancérologie et d’imagerie. Depuis 2012, une convention cadre établie par le CNRS de Rennes entre l'équipe “Génétique du Chien” et les quatre Écoles Nationales Vétérinaires (ENV : Alfort, Nantes, Lyon, Toulouse) ainsi que la société de génétique animale Antagene (Lyon) donne une dimension nationale à ce CRB. De plus, Cani-DNA fait partie intégrante de l'infrastructure CRB-Anim, projet français ayant pour objectif de regrouper les biobanques d'espèces animales domestiques et financé dans le cadre des "Projets Investissements d’Avenir” PIA1 (2012-2022).

En 2020, Cani-DNA contient environ 32 000 échantillons d’ADN extraits à partir de sang dont 16 000 ADN stockés sur le site de Rennes, 10 000 dans les quatre ENV et 6000 à Antagene. De plus, environ 8800 échantillons de tissus sont disponibles plus spécifiquement pour des projets de cancérologie comparée.

Cette ressource représente environ 300 races de chiens et plus d’une centaine de maladies génétiques homologues humaines parmi lesquelles de nombreux cancers (sarcomes, mélanomes, lymphomes, gliomes, tumeurs mammaires…) ainsi que de nombreuses autres maladies génétiques. Les échantillons correspondants à ces maladies souvent rares chez l’Homme mais fréquentes dans une race canine donnée constituent ainsi une ressource originale de modèles spontanés de maladies rares humaines telles que génodermatoses, neuropathies, épilepsies, rétinopathies, anomalies du développement… La base de données associée au CRB constitue également une ressource épidémiologique pour toutes ces maladies canines. Elle permet la recherche et le développement de tests génétiques de maladies visant à diminuer l’incidence de ces maladies dans les races particulièrement touchées.

 

Comment participer ?

Pour participer à nos programmes de recherche, vous pouvez nous contacter par téléphone au 02 23 23 45 09 ou par mail à l'adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Plus d'informations sur le site de l'équipe "Génétique du chien" :

https://dog-genetics.genouest.org

 

LOGO CNRS 2019 RVB

canine geneticsUR1 gris PNGEquipe "Génétique du chien"

Institut de Génétique et Développement de Rennes
IGDR / UMR6290 / CNRS
Université de Rennes 1
2, av. du pr. Léon Bernard   35043 Rennes cedex

Recherche sur la dysplasie de la hanche

Notre projet vise à rechercher les gènes impliqués dans la dysplasie coxo-fémorale (DCF) ou dysplasie de la hanche et leurs mutations dans différentes races canines. Ces recherches s’appliquent à la médecine vétérinaire comme à la médecine humaine, la DCF étant homologue de la luxation congénitale de la hanche (LCH) chez l’homme. Les résultats attendus pourront être valorisés par le développement de tests génétiques de dépistage en collaboration avec les laboratoires du secteur du diagnostic. Ce projet fait suite à une précédente étude menée au sein de l’équipe “Génétique du chien” de 2008 à 2016. Il est réalisé en collaboration et avec le soutien financier de l’Association Les Chiens Guides d’Aveugles de l’Ouest (ACGAO) et la Fondation VISIO pour l’aide aux enfants et aux adultes déficients visuels.

 

La DCF est une anomalie du développement qui se caractérise par une déformation de l’articulation de la hanche au cours de la croissance du chien. Elle touche un très grand nombre de races canines, et plus particulièrement celles de grandes tailles. Cette affection est multifactorielle, c’est-à dire qu’elle a des causes génétiques étroitement liées à des facteurs extérieurs tels que le poids du chien, son activité physique… Les bases génétiques de la dysplasie de la hanche sont complexes et font intervenir plusieurs gènes avec de nombreux variants génétiques agissant probablement de façon combinatoire dans les différentes races de chien. Cependant, il est attendu que dans une race ou un groupe de races phylogénétiquement proches, un nombre restreint de gènes sera altéré, facilitant ainsi leur identification. À l’inverse, l’étude de différents groupes de races permettra l’identification de différentes combinaisons de gènes impliqués dans la DCF.

La stratégie de recherche des causes génétiques de la DCF consiste à comparer les génomes d’un grand nombre de chiens ayant des radiographies des hanches notées A d’une part (groupe indemnes) et notées D ou E d’autre part (groupe atteints). Les technologies actuelles de génotypage sur puces à ADN permettent d’analyser un très grand nombre de marqueurs génétiques répartis sur l’ensemble des 39 paires de chromosomes. Cette approche doit permettre la mise en évidence d’associations statistiquement significatives entre des régions chromosomiques et la DCF. La délimitation de ces régions chromosomiques d’intérêt sera d’autant plus fine que les effectifs des groupes de chiens indemnes et atteints seront importants et informatifs. L’analyse du contenu de ces régions permettra ensuite l’identification de gènes impliqués, voire d’éléments régulateurs et de leurs mutations associées, par différentes approches génétiques et fonctionnelles (gène-candidat, séquençage, génotypage ciblé…).

 

La connaissance des causes génétiques de la DCF est un prérequis au développement de tests génétiques de dépistage qui permettront de diminuer l’impact de cette affection dans les races concernées. De plus, la DCF présente une forte ressemblance avec la luxation congénitale de la hanche (LCH) chez l’homme. Les résultats de cette étude menée chez le chien pourront donc être transposés chez l’homme, pour lequel les bases génétiques du développement ostéo-articulaire restent méconnus à ce jour.

 

Pour mener à bien ce projet, nous sollicitons les éleveurs, propriétaires et vétérinaires pour nous envoyer des prélèvements de chiens dont la radiographie des hanches a été effectuée selon le protocole officiel de la FCI (nomenclature ABCDE). À partir d’un prélèvement sanguin réalisé par le vétérinaire traitant, l’ADN sera extrait et stocké au Centre de Ressources Biologiques Cani-DNA et les informations associées seront enregistrées dans notre base de données.

 

Si vous souhaitez participer à ce projet de recherche, nous vous demandons, lors du dépistage radiographique de la DCF ou d’une autre visite chez votre vétérinaire, de nous faire parvenir :

  • un prélèvement sanguin de 3 à 5 ml sur tube EDTA
  • un questionnaire clinique complété avec l’aide de votre vétérinaire
  • la copie du compte-rendu officiel de lecture de la radiographie des hanches et des coudes (si disponible)
  • la copie du pedigree (si possible et si disponible)

Sur simple demande via notre adresse mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou par téléphone au 02 23 23 45 09 nous vous adresserons un kit de prélèvement (tube anticoagulant EDTA), le protocole de prélèvement, le questionnaire clinique ainsi qu’une enveloppe pré-affranchie pour le renvoi du tube.

 

 

Nous travaillons plus particulièrement sur les races de chiens guides (Labrador Retriever, Golden Retriever) ainsi que les races suivantes : Bouvier Bernois, Dogue de Bordeaux, Cane Corso, Epagneul Breton, Berger des Pyrénées, Berger Allemand, Setters…

Nous précisons que les données généalogiques et cliniques recueillies au CNRS resteront confidentielles.

 

Nous remercions l’Association Les Chiens Guides d’Aveugles de l’Ouest (ACGAO) et la Fondation VISIO pour leur la collaboration et leur soutien financier. Ce projet est également rendu possible grâce au concours de nombreux vétérinaires praticiens et de nombreux propriétaires et éleveurs qui nous fournissent des prélèvements de leurs chiens.

 

Les porteurs de ce projet sont les Drs Catherine André et Pascale Quignon à l’Institut de Génétique et Développement de Rennes (IGDR).

Pour plus d’informations, merci de contacter le Centre de Ressources Biologiques CaniDNA par mail à l’adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou par téléphone au 02 23 23 45 09.

 

Plaquette DCF 2

Projet de recherche sur la longévité canine

LONGEVITE RETRIEVER V2 web

Joomla SEF URLs by Artio