profil d'un chesapeake

profil d'un curly

profil d'un flat
profil d'un golden
profil d'un labrador
profil d'un nova

Introduction

ponte 28052013 106Vous possédez une femelle Retriever et vous envisagez de la faire reproduire…

 

On vous a dit que ce serait bien pour son épanouissement et vous vous réjouissez de materner, avec elle, plein de peluches vivantes… Sachez que faire porter une chienne n'apporte rien à sa santé, au contraire, c'est pour elle une grosse fatigue et cela peut même mettre sa vie en danger.

 

Il est indispensable de vous poser quelques questions avant d'envisager sérieusement toute saillie, la première et la plus importante étant : "Est-il bien nécessaire de faire reproduire cette chienne ?"

 

Les motivations sont de plusieurs ordres et notre but n'est pas d'en discuter ici, chacun ayant une bonne raison de vouloir faire reproduire sa chienne. Nous nous contenterons de tordre le coup à certaines idées fausses, et d'évoquer les contraintes et les joies que cela représente, afin que vous puissiez décider en toute connaissance de cause.

 

Beaucoup de gens pensent que le fait d'avoir des petits arrange les choses chez une chienne qui fait des grossesses nerveuses. Malheureusement, c'est totalement faux dans la grande majorité des cas. Cela ne fera même qu'empirer... et je ne vous imagine pas faisant saillir votre chienne à toutes ses chaleurs ! Il n'existe que trois solutions : l'une valable au coup par coup, un traitement par votre vétérinaire; l'autre, un changement de comportement vis à vis de votre chienne et la dernière, la stérilisation.

Est-ce que je dispose du temps nécessaire pour m'occuper de la portée ?

 

ponte 29122011 05Réfléchissez bien avant de vous lancer : ces races sont prolifiques, 7 à 10 chiots en moyenne. Aurez-vous le temps d'aider à la mise-bas et d'être présent jusqu'aux huit semaines des chiots (de par la loi, on ne peut pas céder un chiot avant l'âge de huit semaines) ? Aurez-vous le temps de donner éventuellement des biberons toutes les trois heures jour et nuit ? Il y aura beaucoup de lavages et de nettoyage si vous voulez tenir vos chiots propres.

 

Il vous faut prévoir d'être présent de manière presque permanente pendant au moins deux mois et demi à dater des huit jours précédant la naissance des chiots. Donc, le jour où votre chienne entre en chaleur, calculez bien :

  • saillie entre 10 et 15 jours plus tard en moyenne
  • naissance entre 58 et 63 jours après...
  • départ des chiots encore 63 jours plus tard en moyenne (la loi interdit la vente avant 8 semaines)

 

Calculez ainsi le moment auquel les chiots seraient prêts à vous quitter; certaines périodes ne sont pas particulièrement favorables à leur départ, comme le mois d'août et la rentrée des classes, les mois de janvier et février. Assurez vous que les gens qui vous demandent un chiot de votre chienne à cor et à cri depuis plusieurs mois, seront toujours preneurs à la date éventuelle où ils seraient prêts...

Est-ce que je dispose d'un logement adapté à la venue d'une portée ?

Il faut aussi penser aux questions d'installation pratique. Il y a un minimum indispensable : l'accès à un jardin parfaitement clos, une place suffisante pour mettre la caisse de mise-bas dans la cuisine ou dans une petite pièce facile à chauffer, où vous pourrez passer les trois premiers jours... et nuits, la possibilité d'avoir les chiots tout près des mouvements habituels de la maisonnée pour qu'ils soient bien socialisés, etc.

 

Si vous êtes en appartement, renoncez-y tout de suite ! dès l'âge d'un mois, ils courent partout et peuvent faire d'énormes dégâts, et il n'est pas question de les laisser 24 heures sur 24 dans leur caisse de mise-bas, ni dans un petit parc…Vos voisins n'apprécieraient pas non plus les odeurs, et le bruit !

 

Il faut aussi penser aussi à l'éventualité de ne pas trouver d'acquéreur pour tous les chiots…Imaginez-vous avec deux ou trois chiots de trois mois encore chez vous ? Même les organismes qui éduquent les chiens pour les aveugles ou les handicapés sont maintenant saturés et n'acceptent plus de prendre n'importe quel chiot…

Une portée ne rapporte pas forcément beaucoup d'argent : souvent elle en coute !

Il faut considérer les dépenses inhérentes à votre chienne (confirmation, expositions canines, travail, controles sanitaires, alimentation particulière pendant la gestation), à la saillie (suivi des chaleurs, cout de la saillie et quelques fois les kilomètres qui vont avec) et aux chiots (alimentation, vaccination, identification...etc). Sans compter quelques frais d'équipement lorsque c'est une première !

ponte 06022016 30Une portée

1ere étape : S'assurer que votre chienne peut reproduire

Si vous vous sentez capable de vous lancer dans l'aventure que représente la naissance d'une portée, vous devez tenir compte d'un certain nombre de critères:

 

1- Tout d'abord, votre chienne doit être confirmée. La confirmation, en France, a pour but de contrôler la conformité de l'animal au Standard de la Race afin, justement, de ne donner le pedigree définitif qu'aux chiens correspondant à des normes précises. Sans le "Pedigree", du mâle comme de la femelle, la portée ne pourrait être inscrite au Livre des Origines Français ou L.O.F. Cette confirmation peut être faite dans toute exposition nationale ou internationale, dans des séances spéciales de confirmation ou dans des Journées Familiales organisées par le Retriever Club.

 

2- Ensuite, il est indispensable de faire contrôler ses hanches, ses coudes et ses yeux . Pourquoi, me direz-vous, "je n'ai pas l'intention d'en faire de l'argent, je fais cela en pur amateur, etc". D'accord, mais il est toujours préférable de tendre vers l'amélioration de la race, donc de ne pas faire reproduire une femelle qui n'en vaudrait pas la peine. Ensuite, la législation française protège les acheteurs de chiens de race, et dites-vous bien que même votre meilleur ami peut en faire usage et ainsi vous obliger à reprendre un chien de deux ans qui s'avèrerait dysplasique... Votre seule protection contre ce genre de problème réside dans les contrôles antérieurs à la saillie, valables aussi, soit dit en passant, pour le choix du mâle.

 

Le contrôle de la dysplasie des hanches et des coudes

Il consiste en plusieurs radiographies, faites par votre vétérinaire selon un certain protocole, sous anesthésie, et envoyées ensuite pour interprétation à votre Club de Race. Le club conseille de ne reproduire qu'avec des chiens cotés A, B ou C (à condition que ces derniers soient accouplés avec des chiens A). Chez les Flat, la reproduction des chiens C n'est pas conseillée. Les protocoles de dépistage sont disponibles dans la section « santé ».

 

Le contrôle des yeux

Avec recherche de cataracte, de dysplasie rétinienne et d'atrophie rétinienne progressive, ne se fait que chez certains vétérinaires habilités par la S.C.C. Vous trouverez les informations sur la recherche des maladies oculaires héréditaires canines dans la section « santé ».

 

BARON 250616 3.JPGA quel âge et suivant quel rythme ?

Votre chienne a passé, avec succès, tous ces barrages, il reste à vous préoccuper de l'âge idéal pour une saillie. La première saillie ne devrait pas intervenir avant l'âge de deux ans ( troisième ou quatrième chaleur) ou après l'âge de cinq ans, sauf exception, - comme un début de métrite après les premières chaleurs qui pourrait entraîner, si cela se répétait aux deuxièmes chaleurs, une stérilité éventuelle.- En cela, seul, votre vétérinaire peut vous conseiller utilement.

 

Quant au rythme entre deux portées, l'idéal pour éviter tout problème de tonicité utérine est de toutes les trois chaleurs minimum, pour des chaleurs tous les six mois en moyenne.

 

Mettez toutes les chances de votre côté pour placer vos chiots au mieux. Pour cela, il est bon de sortir votre chienne dans quelques expositions, particulièrement dans votre département et les départements avoisinants, afin de vous faire connaître des acheteurs potentiels. Par la même occasion, vous aurez une appréciation sur les qualités et les défauts de votre lice, et vous pourrez poser quelques questions supplémentaires au juge, voire aux éleveurs présents afin de mieux connaître ce qui est à rechercher avant tout dans la race, comment compenser un défaut éventuel de votre chienne, etc.

 

L'idéal serait de sortir votre chienne à la Nationale d'Elevage. Autrement, tâchez de l'amener à une Régionale de Race, ou à une Spéciale Retrievers, afin de connaître l'avis de spécialistes de la race. Et profitez-en pour parler avec le maximum de propriétaires de chiens de votre race, plusieurs sons de cloche valent mieux qu'un !

 

Mettez-vous en contact avec votre Club de race et son délégué régional. Tâchez de participer au Test d'Aptitudes Naturelles (en abrégé TAN) ce qui lui permettra d'accéder à la cotation 2 « reconnue » ; ou bien si votre chienne est plus une chienne qui chasse qu'une chienne uniquement de compagnie, intéressez-vous aux épreuves de travail A ou B, voire aux Field-Trials : cela ne peut que donner plus de valeur aux chiots.

2eme étape : Le Choix du Mâle

Le coût de la saillie est relativement variable, et dépend, en général, de la qualité du mâle choisi et du moment de règlement des frais de saillie. Il peut aller du simple au double, étant en général moindre lorsqu'on paie au moment de la saillie et équivalent au prix d'un chiot ou à la remise d'un chiot de deux mois, lorsqu'on accepte le paiement après la naissance ou après le départ des chiots. Il est donc impératif, avant toute mise en contact des deux protagonistes, de se mettre d'accord sur le prix et les conditions de la saillie , et d'officialiser cet accord par écrit, sous forme d'un sous-seing privé.

 

Il existe un Règlement International d'Elevage de la F.C.I. que nous vous trouverez en lien ici

 

Ceci dit, il vous reste à chercher le mâle adéquat pour votre femelle. Il est évident qu'il faut vous y prendre bien à l'avance, et non au moment où elle est prête à saillir !

 

Auzenet 03072016 12Il y a trois types de croisement possibles :

 

  • l' Out-Breeding , c'est à dire le croisement de deux chiens qui n'ont aucun ancêtre en commun. C'est le croisement le plus utilisé par les personnes non averties. Les résultats peuvent être à la fois excellents et très mauvais sur la même portée, c'est une pochette surprise !

 

Il présente toutefois un avantage, il renforce la santé et la longévité, sauf exception. En effet, lorsque deux chiens ne présentent aucune consanguinité, les gènes récessifs (responsables de la plupart des "tares", comme la cataracte, l'atrophie rétinienne progressive, l'épilepsie, etc...) ont très peu de chances de se trouver les mêmes dans les deux génotypes, donc de se trouver exprimés dans un ou plusieurs de ces chiots.

 

Par contre, il ne faut pas oublier qu'il y a phénotype et génotype. Le phénotype est l'aspect extérieur du chien, tel qu'il est, et qui ne correspond pas forcément en tous points à son génotype, c'est à dire ce qu'il va transmettre. Pensez pour cela par exemple qu'un chien petit, car sous-alimenté pendant sa croissance, peut porter des gènes de grand chien... Vous ne pourrez le savoir qu'en connaissant ses ancêtres, ses frères et sœurs, etc.

 

  • l' In-breeding est le croisement entre deux chiens étroitement apparentés, c'est un croisement consanguin. Le degré de consanguinité peut être calculé, mais c'est un type de croisement qu'il vaut mieux laisser aux éleveurs expérimentés. Il peut donner des résultats en tous points excellents, comme révéler les tares récessives derrière cette ligne, seuls les fins connaisseurs de cette ligne peuvent se le permettre... malheureusement, dans certains cas, il faut être prêt à ne pas garder certains chiots, voire à faire "endormir" toute la portée !

 

  • le Line-breeding consiste à faire une "ligne de sang", c'est à dire une consanguinité nettement plus diluée, en répétant des ancêtres de grande valeur chez les deux chiens. C'est certainement le croisement le plus intéressant, car il donne des résultats plus homogènes, mais il faut bien s'informer, avant de faire de tels croisements, sur les risques de gènes récessifs transmis par telle ou telle ligne.

 

ponte 26022015 19Comment faire pour choisir un étalon ?

 

1. Vous avez rencontré dans la rue, au bois, dans le village, que sais-je, un mâle qui vous a paru beau, vous avez pris ses coordonnées et vous avez l'intention de lui amener votre lice...Il faut bien reconnaître que c'est une solution tentante, mais certainement pas la meilleure.

 

L' avantage le plus évident est de permettre la mise en contact des deux chiens plusieurs jours de suite, sans nécessiter une trop grande perte de temps et de trop longs déplacements. Il est certain que pour le particulier, qui n'a que cette chienne, il n'est pas tellement facile d'accepter de laisser sa chienne deux ou trois jours chez l'étalon, et encore moins facile de savoir quel est le moment précis favorable à la saillie.

 

Les inconvénients n'en existent pas moins.:

 

  • le manque de choix éventuel, ce qui risque d'entraîner un out-breeding forcé,
  • le manque d'information sur la valeur du chien (son maître évidemment le trouve très beau, mais qu'en est-il des spécialistes ?),
  • le fréquent manque de contrôle sur la dysplasie de la hanche, les maladies héréditaires des yeux du chien en question, or vous êtes responsable, vous, des tares éventuelles que développerait un ou plusieurs chiots et vous devriez , le cas échéant, le rembourser ou le remplacer...
  • et puis, il faut bien le dire, l'inexpérience du chien, voire du maître : un chien qui ne sait pas s'y prendre, car c'est la première fois, avec une chienne inexpérimentée elle aussi, peut très bien ne pas saillir, pour différentes raisons (en particulier, ne pas se rendre compte du "bon moment") ou laisser la femelle vide, car ses spermatozoïdes, non encore utilisés, peuvent être moins actifs, plus dégradés que ceux d'un chien mieux "rodé".

 

La saillie ne vous coûtera pas beaucoup plus cher que le mâle soit totalement inexpérimenté ou champion, mais vous vendrez probablement plus facilement les chiots si le père est champion, et surtout vous prendrez moins de risque vis à vis des acheteurs si le père aussi est reconnu exempt de dysplasie et de tares oculaires.

 

Le Club des Retrievers vous aidera à placer vos chiots si les deux parents, - uniquement si les deux parents - sont contrôlés pour les hanches et les coudes par le lecteur officiel et si le certificat d'exemption de maladies héréditaires oculaires canines date de moins de 2 ans.

 

2- Une solution déjà plus élaborée et raisonnable : prendre un étalon recommandé par le Club :

Vous trouverez sur notre site une liste d'étalons (et de lices) recommandés et élites, ce qui veut dire que ces chiens ont satisfaits à toutes les exigences du R.C.F et de la S.C.C. pour figurer au niveau 4, 5 ou 6 de la grille de sélection. Sachez que la S.C.C. met sur son site toutes les portées nées de deux chiens confirmés, mais que figurent en premier les portées les plus cotées sur cette grille (cotation du père + cotation de la mère). Si votre chienne est simplement confirmée, elle est seulement au niveau 1, comme une grosse majorité de lices.

 

3- Une troisième possibilité serait aussi de demander à l' éleveur de votre chienne son opinion, car, normalement il connaît les tares éventuelles sous-jacentes dans sa ligne et il devrait savoir vous conseiller utilement sur le reproducteur qui lui semble le plus indiqué. Mais, là aussi, il y a des limites à bien poser. L'éleveur n'a peut-être qu'un mâle très consanguin avec votre femelle, il ne connaît pas bien les tares en amont de ses chiens...

 

IMG 68614- Et pourquoi ne vous feriez-vous pas une opinion personnelle ? Pour cela, il vous faut beaucoup sortir en exposition et/ou en field-trial et passer du temps à examiner les mâles qui vous attirent, la progéniture qu'ils ont déjà eue, pour déceler d'éventuels problèmes dans la ligne. Mais souvenez-vous bien qu'il n'existe pas d'animal parfait et que même le plus grand champion a des imperfections. Il ne faut pas mettre ensemble deux fois le même défaut et surtout, il y a des défauts qui ont beaucoup moins d'importance que d'autres !

 

Lorsque vous aurez arrêté votre choix, il vous restera à contacter le maître du chien retenu pour avoir son accord et connaître ses conditions. Il vous demandera peut-être une photocopie du pedigree et des contrôles (dysplasie, cataracte et atrophie rétinienne progressive) subis par la chienne. Ne vous en offusquez pas, c'est une preuve de sérieux. Vous devez demander la même chose de l'étalon, et il est impératif de le faire à l'avance

 

Souvent, le propriétaire du mâle vous demandera de le prévenir dès l'entrée en chaleur de votre chienne, n'oubliez pas, c'est important pour lui, il faut qu'il puisse s'organiser !

 

Il vous demandera peut-être aussi de faire un frottis vaginal ou un dosage de progestérone pour s'assurer de la bonne période de saillie. Mettez-vous d'accord avec votre vétérianire sur le mode de suivi des chaleurs.

 

3ème étape : Avant les chaleurs

Le cycle de la chienne

Il est nécessaire de connaître relativement précisément le cycle de sa chienne pour arriver à déterminer approximativement la période de la saillie.

 

Entre deux chaleurs il peut s'écouler entre 4 et 8 mois, voire même 10 ou 12 mois (ce qui est relativement fréquent chez les Golden Retrievers), mais, en dehors des quelques exceptions ci-dessous, la fréquence une fois établie, elle reste en gros identique d'une fois sur l'autre.

 

Ces exceptions se rangent dans trois catégories: "effet de groupe", "effet mâle" et "stress". Je ne ferai qu'évoquer ce qu'est l'effet de groupe, car il n'intervient que lorsque plusieurs femelles vivent ensemble : les chaleurs sont souvent ensemble, surtout si c'est la dominante de la meute qui commence.

 

L'effet mâle, par contre, nous intéresse beaucoup plus, tout comme le stress. L'expérience montre que les chaleurs peuvent se déclencher en 48 heures, si l'on est dans les deux mois qui précèdent la date prévue normalement pour les chaleurs, par suite d'excitations inhabituelles :

- voyage (stress)

  • - exposition (stress)
  • - entraînement à la chasse ou chasse
  • - mise en présence de mâles pour des femelles qui n'en voient pas habituellement (effet mâle).

 

Il faut donc tout prévoir avec deux mois d'avance... ou de retard ! Finalement, la décision se prend presque toujours à la dernière minute, lorsque la chienne commence ses chaleurs.

 

rigaut 29062016 06

Mise en état de la lice

Pour assurer une bonne gestation, il est nécessaire que la lice soit au mieux de sa forme avant la saillie, ni trop grosse, ni trop maigre, et bien musclée. Pour cela, il est bon de trouver la ration alimentaire qui assure un bon équilibre de poids à la chienne. D'autant plus que pour déterminer les rations en période de gestation puis d'allaitement, nous nous baserons sur cette ration d'équilibre RE.

 

Sachez qu'une chienne trop grosse, tout comme une chienne en période de carence alimentaire, aura plus de chances de rester vide qu'une chienne en forme. Quant à une bonne tonicité musculaire, je ne pense pas qu'il soit utile d'expliquer pourquoi elle est souhaitable.

 

Rappel des vaccinations

Les femelles passent à leurs chiots à travers le colostrum, dans les premières 36 heures de la mise-bas, une certaine résistance aux maladies, qui protège les chiots pendant en gros les six premières semaines de leur vie, dans la mesure où elles sont elles-mêmes bien vaccinées. Il est donc indispensable de prévoir les rappels des vaccins , particulièrement ceux de la Parvovirose, de la Maladie de Carré et de l'Hépatite, avant la période probable des chaleurs. 

Vous pouvez en profiter d'ailleurs, pour vermifuger une première fois la future mère, huit jours avant ce rappel.

 

Il ne vous reste plus qu'à prévoir l'endroit où vous mettrez la portée et faire les travaux éventuels pour rendre les choses plus faciles.

Les formalités administratives d'une portée

L'affixe : Ce serait aussi une bonne chose de demander à la S.C.C. un « affixe », c'est à dire un nom de famille pour vos chiots, ce qui en facilitera la traçabilité. Le coût n'est pas prohibitif, 168 euros à l'heure actuelle, et les démarches sont simples. Lien vers le formulaire de demande d'affixe

 

La déclaration de saillie :

Ensuite, il vous incombe, à vous, propriétaire de la lice, de vous procurer à l'avance le document nécessaire à l'enregistrement des futurs chiots, la déclaration de saillie (feuille jaune, à signer par les deux parties, une fois la saillie faite) auprès de la S.C.C., 155 av. Jean Jaurès, 93535. Aubervilliers Cedex. Lien vers le formulaire de déclaration de saillie

Cette déclaration doit être réalisé dans les 2 mois qui suivent la date de saillie et il vous en coutera 10€ pour une déclaration papier et 5€ par internet. Passé le délai des 2 mois, il vous en coutera des pénalités de retard.

 

L'inscription au livre des origines :

 

Une fois les chiots nés, il vous incombera ensuite d'inscrire ces derniers au LOF ; l'inscription doit se faire dans les 8 mois suivant la date de saillie et coute 25€ par chiot (des pénalités de retard seront appliquées en cas de demande d'inscription tardive).

 

Les dispositions légales

La loi impose le respect de certaines règles concerant l'élevage de chiens et de chats : en voici un résumé